Radius: Off
Radius:
km Set radius for geolocation
Search

Marché immobilier québecois en 2018

Marché immobilier québecois en 2018

Alors que les marchés de l’habitation, comme Toronto et Vancouver, ont connu des débuts difficiles en 2018, le premier trimestre de l’année n’a été qu’une bonne nouvelle pour le marché immobilier québécois, de plus en plus chaud.

Selon les dernières données publiées par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), la province a vu ses ventes augmenter de 3% au premier trimestre de 2018, ce qui représente l’une des meilleures performances des ventes du premier trimestre depuis des années.

Selon le directeur de l’analyse de marché de la FCIQ, Paul Cardinal, la baisse des prix de la province lui a permis d’éviter les effets d’un nouveau test de résistance hypothécaire qui est entré en vigueur le 1er janvier et qui a freiné bon nombre des marchés les plus chers du pays.

“Parce que les maisons [du Québec] sont à un prix inférieur, cela n’a pas autant d’impact sur les acheteurs dans ce domaine”, a-t-il déclaré à BuzzBuzzNews.

BuzzBuzzNews a rassemblé 7 statistiques pour mieux voir le fort premier trimestre de la province:

1. Le Québec a vu ses ventes augmenter de 3% au premier trimestre de 2018, ce qui représente la 15e hausse trimestrielle consécutive des ventes et la meilleure performance des ventes au T1 depuis 2012.

2. Les ventes de copropriétés ont augmenté de 13% et les ventes de multiplexes de 2%, ce qui marque une évolution vers des logements à plus forte densité de population.

3. Montréal a connu la plus forte augmentation des ventes avec une augmentation des ventes de 7%, poursuivant une série d’augmentations des ventes amorcées au printemps dernier.

4. À mesure que la demande augmente dans la province, le nombre d’inscriptions continue de baisser, ce qui resserre le marché. Au premier trimestre, les inscriptions ont diminué de 9% d’une année sur l’autre. Les inscriptions pour les maisons unifamiliales, les condos et les multiplexes ont chuté de 8%, de 13% et de 4%, respectivement.

5. “La tendance à la baisse des inscriptions actives est répandue dans toute la province”, écrit Cardinal, dans un communiqué. “L’offre de propriétés a diminué dans tous les centres urbains de la province, à [cinq] reprises seulement”.

6. Le prix médian d’une maison unifamiliale a augmenté de 3% à 248 000 $, tandis que le prix médian d’un condo a grimpé de 3% à 229 000 $ et le coût du multiplex de 6% à 380 000 $.

7. Les propriétés se vendent aussi plus vite. Les maisons unifamiliales se sont vendues en moyenne 110 jours, soit 5 jours de moins qu’au premier trimestre de 2017. Il a fallu en moyenne 115 jours pour qu’un condo se vende, soit une diminution de 16 jours d’une année à l’autre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec